Les déclarations effrayantes de Sean Spicer

Première conférence de presse de Sean Spicer, le nouveau porte-parole de la Maison Blanche, et, comme l’on pouvait s’y attendre, ça chauffe déjà pour les médias qui couvrent la présidence.

Arrivé avec une heure de retard, le nouveau Press Secretary utilise la majeure partie de son temps de parole pour passer un savon aux journalistes. Le messager de Donald Trump épingle particulièrement… leur usage inconsidéré de Twitter.

L’histoire du buste de Martin Luther King qui aurait été enlevé du Bureau ovale — il est en bonne place — a évidemment servi son propos. Pour la petite histoire le journaliste en question, Zeke Miller de TIME magazine, s’est excusé et a corrigé son erreur dès qu‘il s’est aperçu de sa méprise.

Si ce n’est le ton utilisé, on aurait pu jusque-là donner raison à Monsieur Spicer.

Lire la suite

2016: le poids décisif des femmes et des minorités raciales

capture-decran-2016-10-26-a-02-10-40
« Si les femmes votaient uniquement. » Prévision de fivethirtyeight.com.

Déjà en 2012 la leçon était claire pour les républicains: ils ne peuvent plus remporter les élections présidentielles sans le vote des minorités. Cette année on pourrait dire que Trump a dépassé de loin les attentes des démocrates en se mettant définitivement à dos les femmes et les Mexicains-Américains, sans compter les musulmans qui constituent 1% de la population américaine.

Le vote des femmes: 10 millions de voix en plus

Les femmes constituent 50,4% de la population américaine. Le 19e amendement de la Constitution américaine leur confère le droit de voter depuis 1920. (La France a attendu 1944 pour passer au suffrage réellement universel.) Les femmes votent plus que les hommes aux USA depuis les années 1980. En 2012, quatre pourcent de plus de femmes ont déclaré avoir été voter que d’hommes. Mais si les femmes votent proportionnellement plus que les hommes depuis 36 ans, le nombre de femmes accomplissant leur devoir civique est supérieur au nombre d’homme se rendant aux urnes depuis plus de 50 ans, tout simplement par ce que les femmes sont plus nombreuses que les hommes. Lire la suite

Les jeunes démocrates ne comprennent rien …

hillary_clinton_rally_selfie-e1474896738713

Ce 8 novembre Hillary Clinton pourrait perdre les élections. Non pas parce que les jeunes ne voteront pas pour elle, — ils voteront en principe plus pour elle que pour Donald Trump — mais parce qu’ils n’iront pas voter ou parce qu’ils voteront pour les partis minoritaires, le Parti libertarien et le Green Party.

Les Millenials, comme on dit, ont entre 18 et 34 ans. Aux États-Unis ils viennent de dépasser en nombre les Baby Boomers (de 51 à 69 ans) qui sont 75 millions. Mais les Millenials constituent aussi le groupe démographique qui vote le moins — 50% en 2008, 46% en 2012 — alors que les plus de 50 ans votent, eux, avec un taux proche des 70%. Lire la suite

Trump et la droite alternative: l’extrême droite à l’européenne ?

Ne devrait-on pas parler d’extrême droite pour qualifier le mouvement populiste de Donald Trump ? Il ne serait pas exagéré de le faire, considérant le refus du milliardaire de désavouer David Duke, ex-Grand Sorcier du Ku Klux Klan et candidat aux sénatoriales de Louisiane. Son nativisme, son appétence pour les théories du complot, ses attaques répétées contre les musulmans américains, … Les raisons ne manquent pas.

Sans s’attarder sur cette question, ­— On pourrait considérer que la campagne de Donald Trump dévie en donant dans la xénophobie, le nationalisme et nombre d’éléments constitutifs de la plupart des définitions communément admises de l’expression “extrême droite”. — il est utile de s’intéresser à l’association du miliardaire new-yorkais avec la Alt Right ou droite alternative. Un rapprochement confirmé par l’embauche récente de son représentant le plus médiatisé, Steve Bannon, directeur du site d’information conservateur Breibart. Lire la suite

Qui est Mike Pence le colistier de Donald Trump ?

Capture d’écran 2016-07-15 à 06.13.25

Donald Trump a reporté l’annonce de son colistier ce vendredi suite à l’attaque de Nice. Son choix s’est porté sur l’actuel gouverneur de l’Indiana, Mike Pence.

Mike Pence est un homme discret au profil très conservateur qui a commencé sa carrière en tant qu’animateur radio d’un talk show conservateur.

– Que gagne Trump en choisissant Mike Pence ?

Il est tout ce que Trump n’est pas et c’est précisément ce qui en fait un bon choix comme colistier, c’est-à-dire un vice-président potentiel qui va faire campagne avec lui. Il est important de choisir quelqu’un qui de par son caractère, son profil politique et son ancrage géographique, est en mesure d’équilibrer le ticket et de combler les lacunes du candidat en touchant un électorat que le candidat a du mal à atteindre. Lire la suite

La vraie révolution de Donald Trump : tourner le dos au libéralisme économique de Ronald Reagan

GetFile

« Je vous le promets, en ce qui concerne l’emploi, je serai le plus grand président que Dieu ait jamais créé ! » « On ramènera les emplois de Chine et du Mexique. » Voilà bientôt un an que Donald Trump répète le même refrain, depuis l’annonce de sa candidature à la présidence des Etats-Unis l’été dernier.

Et si, au-delà du racisme et de l’entertainment politico-médiatique, le succès inattendu de l’homme à la mèche blonde trouvait son explication dans le simple fait qu’il tient le bon discours sur l’économie, aussi simpliste soit-il ?

Trump N°1 sur l’emploi

Au début du mois de mars, six électeurs républicains sur dix pensaient que Donald Trump était le plus apte en matière d’économie ou d’emploi. Marco Rubio et Ted Cruz ne franchissaient pas la barre des vingt pour cent. L’homme d’affaires a depuis défait ses adversaires, et lorsque l’on interroge les Américains sur ce sujet aujourd’hui, Donald Trump bat Hillary Clinton de douze points. Lire la suite